Chemin faisant

Publié le par Fae

Comme c'est grand

Grands, les bras ouverts sur l'effrayant

Jours de manèges et jours de pluie

Sous l'acidité des néons

Comme c'est grand, toi

La nuque baissée au petit jour

Les heures jouées sur le tapis de l'automne

Parfaite

Et basculée dans l'embrasure espérante

Le chagrin des portraits, le snobisme du mois

On jette les dés, on casse des os

Poussières

Miettes tintinnabulantes

À l'ombre d'une femme au cœur

À l'abri des bruyantes solitudes

Quand l'hiver

Le soleil se ligue aux murmures

Cette hauteur

La vérité d'une vie à arpenter

Des reins aux paupières

Des chevilles aux tempes

Battues

Par la très grande poésie

 

Tu es tout

Et virgule 

 

 

{LB. Tous droits réservés}

Publié dans En un mot - mot.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article